franceseCasarano

città d'arte, città da scoprire - ville d'art, ville à découvrir


La ville s’étend en pente sur la derniére partie ouest des Murges SA.

Autrefois c’était une importante localité agricole, tandis que aujourd’hui elle joue un rôle de première importance au niveau industriel ; elle va être de plus en plus leader économique dans l’hinterland du Sud-Salento.

Ses origines ne sont pas encore claires. Quelqu'un fait remonter sa renaissance à l’epoque greque, mais on retrouve aussi des vestiges des Messapiens (nécropoles) et du « archeulano » archaïque.

À l’époque des partages de l’Empire Romain, la ville appartenait a l’Empire Romain d’Orient et en prit la culture byzantine.

Elle a dû subir de nombreuses invasions et en 842 ap. J.C. pendant la derniére destruction par le Sarrasin, le village fut bâti un peu plus loin du premier.

Voilà pourquoi on retrouve deux localités au meme nom, mais deux différent communautés civiles : en effet dans un document ecclésiastique de 1270 les deux sont appellées: OPPIDUM CASARANI MAGNI et OPPIDUM CASARANI PARVI.

En 1484 Casarano fut occupée par le Vénitiens qui, après avoir conquis Gallipoli, tout en poursuivant les survivant, détruirent tous les villages où ils s’étaient réfugiés.

Le XVIIIe siècle fut pour Casarano une époque de renaissance sociale par la création d’organismes d’assistence et la construction de nombreus églises.

C’est à ce moment-là que naît a Casarano l’un de ses plus célèbres fils, Francesco Antonio ASTORE, philosophe illuministe et ministre de justice pendant la revolution de Naples. LA réaction sanfédiste de 1799 le codamne à être pendu.  

Èglise de S.Marie de la Croix: fresques de St. Caterina du XII siécleÀ CASARANO L’ON PEUT VOIR :

Èglise de “S.Marie de la Croix”: autrement “CASARANELLO”, une église splendide du Ve siécle ap. J.C. et la premiére en Puglie bâtie sur plan en croix. À l’intérieur il y a un mosaïque paléochrétien lui-aussi du Ve siécle et des fresques qu’on peut dater entre l’an 1000 et le XIIe siécle.

Il s’agit d’un monument d’une grande importance; c’est pouquoi on renvoie à des textes spécialisés.

 Èglise de  “S.Elia”: bâtie au croisement du sentier romain qui reliait Ruffano à la route romaine qui conduit à l’Èglise du Crucifié. À son intérieur on peut admirer des peintures byzantines.

 Crypte du “Crucifié”: autrement St.Costantine, monastére basilien du XIIe siécle.

 Colline et  Èglise de “La Campana”: C’est un endroit agréable et même temps de son esplanade on peut jouir de l’un de plus beaux panoramas du Salento. Il y a là-haut une chapelle “Madonna della Campana” (1600), bâtie sur les ruines d’une petite eglise greque. Le 1er dimanche aprés les Pâques on célèbre la fête très particuliére avec des enfants aux costumes traditionnels et la procession qui du centre-ville aboutit à la colline.

 Èglise “Parroissiale”: bâtie en 1700, elle s’est enrichie au cours des ans d’autels baroques et des toiles de Tiso. Elle est situé place Diaz, o§ s’élève la tour de l’orloge (1730) et l’obélisque surmonté par la statue du patrone «S.Giovanni Elemosiniere» (1850), symbole de Casarano.

 Place “D’Elia”: On peut considérer la plus belle place du Salento, avec ses deux palais anciens, qui constituent un enseble armonieux : L’un de ces palais «Palais D’Elia» est aujourd’hui siège d’activitès culturielles; l’autre «Palais de Judicibus», un bijou architectonique grâce ses proportions.